Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Thierry Meyer

J'ouvre, aujourd'hui, une nouvelle catégorie d'articles.

Pris sur le vif, les petits événements de la vie quotidienne, nous aident souvent à sourire, nous font parfois rire, nous agacent également, quand ils ne nous mettent pas franchement en rogne!

Tant que ces réactions seront présentes, vous n'aurez rien intégré, accepté du mode de vie en Guadeloupe...

Par exemple, les petits tracas routiers... La Basse-Terre comporte trois routes principales: deux d'entre elles la parcourent du nord au sud, ou inversement, ce qui revient strictement au même, en suivant les côtes "Au Vent" et "Sous le Vent"; la troisième, dite "route de la Traversée, coupe l'île dans l'axe est/ouest.

Les deux routes côtières sont l'objet d'une circulation intense, dépassant parfois le seuil de saturation, ce qui provoquent de gigantesques bouchons...

Mais quand  un camion s'arrête en pleine campagne, pour livrer sa marchandise, cela provoque aussi un ralentissement! Ce matin, ce camion a provoqué 4 km de bouchon... pani pwoblèm!

Un seul radar fixe est installé en Basse-Terre... Dans un village, où la vitesse est limitée à 50km/h. Pour ête sur de ne pas être "flashé", la vitesse moyenne à cet endroit ne dépasse généralement pas les 30km/h... et le ralentissement induit peut se répercuter sur plusieurs kilomêtres, encore!!  Tout le monde le sait, cela fait partie du temps de déplacement...

Chez le médecin dont le cabinet se trouve juste à coté de chez moi, les patients viennent à partir de 7h30 le matin, et s'incrivent, dans l'ordre d'arrivée! Ils repartent ensuite et reviennent dans le courant de la journée...

Tous ces désagréménts de la vie quotidienne ne semblent pas poser problème, ni question...

Je ne vous parle pas de l'impossibilité à être sur de l'heure d'un rendez-vous!

A un médecin qui s'excusait de son retard au travail, parce qu'il avait attendu, en vain, un ouvrier qui devait venir chez lui ce matin là, la surveillante du service a expliqué que, de toutes les façons, cet ouvrier viendrait, un jour, et quil ne servait à rien de l'attendre, qu'il n'avait pas de raison de s'inquiéter, puisqu'il avait dit qu'il viendrait, il finirait par venir! Un jour!

Prévenir, avertir? S'excuser? Fixer un autre rendez-vous? Inutile!! Enfin, depuis quelques temps ce genre de pratique aurait tendance à se mettre en place et " c'est bien dommage, c'est ça qui provoque le stress...  

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Bonjour thierry
En quelques lignes, on découvre  cette société antillaise, et cela permet de mieux la comprendre. Beaucoup de guides spécialisés  devraient en faire autant!
J'attends la suite avec impatience!!!!
A bientôt
Répondre