Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gwada

Extrait du célèbre opéra "La vie quotidienne"
Voici l’air fameux z-entre tous : L'air de la bêtise


Mère des gens sans inquiétude
Mère de ceux que l'on dit forts
Mère des saintes habitudes
Princesse des gens sans remords
Salut à toi, dame Bêtise
Toi dont le règne est méconnu
Salut à toi, Dame Bêtise
Mais dis-le moi, comment fais-tu
Pour avoir tant d'amants
Et tant de fiancés
Tant de représentants

Et tant de prisonniers
Pour tisser de tes mains
Tant de malentendus
Et faire croire aux crétins
Que nous sommes vaincus
Pour fleurir notre vie
De basses révérences
De mesquines envies
De noble intolérance
De mesquines envies
De noble intolérance
De mesquines envies
De noble intolérance

Mère de nos femmes fatales
Mère des mariages de raison
Mère des filles à succursales
Princesse pâle du vison
Salut à toi, Dame Bêtise
Toi dont le règne est méconnu
Salut à toi, Dame Bêtise
Mais dis moi, comment fais-tu
Pour que point l'on ne voie
Le sourire entendu
Qui fera de vous et moi
De très nobles cocus
Pour nous faire oublier
Que les putains, les vraies
Sont celles qui font payer
Pas avant, mais après
Pour qu'il puisse m'arriver
De croiser certains soirs
Ton regard familier
Au fond de mon miroir
Ton regard familier
Au fond de mon miroir
Ton regard familier
Au fond de mon miroir.

Cette chanson de Jacques Brel, écrite en 1957, ne pouvait trouver meilleure illustration que ces photos prises au Jardin Botanique de Deshaies.
J'espère que les caméras installées à cet endroit auront ralenti l'ardeur destructrice et stupide de ces visiteurs inconséquents!!
Merci, Monsieur Brel!
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article