Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gwada

Depuis le temps qu'elle me faisait de l'oeil, il fallait bien que lui je rende visite, un jour.

C'est chose faite maintenent et je ne suis pas déçu de cette rencontre. A force d'attendre le matin où elle serait dévoilée, où je serais en forme, où je serais disponnible, j'ai compris que je finirais par ne jamais y aller... Quelle peur me retenait donc? C'est donc sur un coup de tête que j'ai décidé, hier matin de me lever et de partir!

Le temps? Peu importe, j'avais toujours la possibilité de faire demi-tour si la pluie, le brouillard ou le vent venaient rendre l'ascension trop périlleuse...

A 9h00, le parking des "Bains jaunes" est déjà plein... Je ne vais pas être seul, bon présage... Et tout de suite, la ballade commence... Une longue approche dans la forêt, jusqu'à la "Savane à mulet", trace facile, bien balisée, en cours de remise en état par les agents du Parc National. Rien que cette ballade vaut la peine et conduit à l'ancien parking, aujourd'hui désaffecté, car la route qui y mène a trop souffert d'un dernier tremblement de terre...

Puis, les choses sérieuses vont commencer. Le chemin s'élève sur les pentes du volcan. Rapidement, il devient plus difficile, marqué par les pluies et le ravinement, marqué par le passage incessant des randonneurs,, marqué par les éboulements de pierres qui se succèdent. Il ne s'agit plus d'une promenade touristique qui peut se faire en sandalettes. De bonnes chaussures, un minimum d'équipement sont nécessaires. Le vent, le brouillard commencent, aussi, à rendre l'expédition plus difficile. De temps en temps des panneaux donnent des renseignements sur le trajet, les particularités de l'endroit traversé. Puis d'un coup, le sentier se sépare et  devient vraiment difficile! C'est, quasiment, à quatre pattes qu'il faut franchir les derniers mètres avant d'arriver au plateau final! Le sentier est alors encore mieux balisé et conduit à un abri où il est possible de se poser, se restaurer (à condition d'avoir prévu quelque chose....) puis repartir pour arriver au sommet de la montagne.

Là, le vent, le brouillard attendent le visiteur... Pas de visibilité aujourd'hui. Par beau temps, le spectacle doit être grandiose. Mais ce qui m'attend n'en est pas moins stupéfiant.... Tout le sommet est marqué de l'activité volcanique, toujours active, de la Soufrière, controlée, surveillée en permanence par "l'observatoire volcanologique". Des barrières, des indications, un marquage au sol permettent de s'approcher, en toute sécurité, du gouffre de Tarisson, où des capteurs sont placés en permanence pour mesurer température, activité.... La végétation est rase, marquée par l'altitude et, certainement, l'acidité de l'air...

il faudra bien penser à redescendre, par les mêmes sentiers escarpés...

Au retour, c'est un délice que se tremper dans le bassin des "Bains Jaunes"... Le corps se détend, se nettoie des traces acides, surement ramassées au sommet...

Voilà, c'est fait.... J'y suis allé à la Soufrière....Et, j'y retournerais!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article