Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gwada

Il est des livres qui ne se décrivent pas.... Ils se lisent mots après mots, lignes après lignes, pages après pages...
Mais ils se savourent ainsi, au fil des émotions qu'ils soulèvent chez le lecteur, dans la magie d'une langue folle et
maîtrisée, sage et débridée...
Ce tango là en fait indiscutablement partie... Je le prends, le reprends, en parcours quelques pages, m'en remplis, m'en délecte...
Une fois de plus, Ernest Pépin montre sa totale maîtrise de la liberté de la langue, laissant surgir au travers des mots sa liberté et son enracinement profond dans l'histoire des îles antillaises.
Tout respire la Guadeloupe et les Antilles... situations, liens, libertés, chaînes... L'écriture me transporte dans la richesse de la langue et de l'imaginaire créole,  rendant impossible une lecture linéaire de ces pages...
Il me faut souffler, redescendre de cette féérie littéraire qui rend si bien compte de la réalité et du quotidien des relations qui se déchirent...
Au hasard de vos recherches, essayez de mettre la main sur ces pages... même si elles sont, maintenant, un peu anciennes...
Il me faudra, sans doute, du temps pour parvenir au terme de cette danse des mots, des sentiments, des colères et des souffrances...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

keli 21/09/2009 09:56

Encore un livre qui donne envie... Je suis extrêmement fascinée, MOI qui aime les MOTS, les manier, autant que les lire, par ceux qui ont le don de faire passer des emotions très fortes grâce à leur expression écrite.Ce que je lis, depuis un long moment déjà, ces témoignages reccueillis de Tutsis et de Hutus après le génocide, le fait de devoir revivre ensemble, les uns à côté des autres, avec les souvenirs d'avoir été chasseurs et gibiers humains est très dur, quasi inimaginable pour une personne qui n'a pas vécu cela, pourtant, les émotions passent, par les mots simples de ceux qui témoignent, tout en humilité, à demi-couvert, intimes, sans pouvoir dire trop profondément l'horreur de leurs souvenirs.Les mots, comme ils le disent eux-mêmes, ont tout de même un pouvoir libérateur, même s'ils ont aussi des limites.La sensibilité aux mots est vraiment un Art qui n'est pas donné à tout le monde.

sonja 21/09/2009 06:22

BonjourUne lecture qui semble avoir atteint son but. Il est des livres qui frappent ainsi l'esprit et le coeur. Je ne connaissais pas cet auteur...Bonne journéeSonia